Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Blog

  • : De Québec à Mexico à pied...
  • : "American way for live" de Québec à Mexico est une marche pour la vie et une route d'évangélisation, une réponse à l'appel de Jean-Paul II aux jeunes. J'ai pèleriné vers la Vierge de Guadalupe qui est l'étoile de l'évangélisation et la patronne des enfants à naître. Je suis partie dans l'octave de la Pentecôte, le 27 mai 2010 et arrivée le 14 janvier 2011.
  • Contact

Catégories D'articles

23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 06:36

Chère famille, chers amis, chers bienfaiteurs...

à vous tous qui avez tant prié pour moi et la cause pour laquelle j'ai usé mes semelles,
à vous tous qui avez contribué à ce projet, financièrement et spirituellement,
à vous tous qui avez récité tant de chapelets, offert tant de messes,
à vous tous qui avez diffusé ce message dans divers médias,
à vous tous qui m'avez soutenue moralement en m'écrivant ou m'appelant,
à vous tous qui, en ces terres d'Amérique, m'avez ouvert une porte, offert une douche, donner à manger, un sourire, un lit, un bout de gazon pour ma hutte de nomade,
à vous tous, désormais innombrables, qui avez apporté une pierre à l'édifice de la Vie,

et surtout à notre Mère si puissante, la Vierge Marie, qui m'a guidée en chemin et protégée des dangers de la route, des narcos et des ours...
à Celui qui EST la VIE, Roi, Maître, Créateur et Souverain, Ami et Mendiant de notre Amour,
à la Trinité Sainte, Père, Fils et Esprit Saint, en qui nous avons notre Force et notre Espérance
à mon désormais célèbre Tobie, qui veillait au grain, juché sur mon sac à dos...

je dédie ces lignes.

 

Tant de visages sont désormais gravés dans mon coeur, de part et d'autre de l'Atlantique. MERCI à vous tous !

Grâce à vous, je suis arrivée aux pieds de la Vierge de Guadalupe à Mexico-City, le vendredi 14 janvier peu après 15 h 00, heure de la Miséricorde... et je n'ai pas fait exprès d'arriver à cette heure précise !

Fait frappant, à l'instant même où j'arrivais sur le parvis de la nouvelle Basilique, je me trouvais juste à côté de la grande statue de Jean-Paul II. Et j'apprends par téléphone la nouvelle, publiée ce même vendredi 14 janvier par Rome, de la béatification de notre cher Jean-Paul II. Petit clin d'œil espiègle de l'auteur de l'Encyclique "Evangelium Vitae" que j'ai trimbalée durant ces 5200km...

Mais commençons par le début, donc la fin de ce grand pèlerinage...

Je vous ai quittés la dernière fois à Tequisquiapan...

 

Mercredi 5 janvier - Jour 224

 

Je quitte Rosa et son bel hôtel...
Encore une quarantaine de km m'attendent pour la journée.

R0016757

Mais en pénétrant dans un nouvel État, l'Hidalgo, j'entre dans un nouveau Mexique. C'est inattendu pour moi, complètement inattendu : les gens sont vraiment différents ici, plus souriants, moins repliés sur eux, plus ouverts. On m'explique que les populations rencontrées précédemment vivent sous un régime de terreur. La mafia tue, torture, terrorise. Chacun rase les murs... Ici, la situation semble être plus calme, même si cela reste assez relatif... En tout cas, je sens une nette différence.
La route qui me mène le soir à Huichapan sera "stone" !!!

R0016763

 

Jeudi 6 janvier - Jour 225

 

Il est fréquent, dans les café-restaurants, que des musiciens entrent pour jouer des airs mexicains et récupérer au passage quelques pesos...

R0016778

En quittant Huichapan, la route pavée s'élève dans la montagne. Une des plus jolies étapes mexicaines s'ouvre devant moi.

R0016782

R0016795

El Gavillero s'accroche à la pente. Je demande où est l'épicerie :
- Il n'y en a pas ici. Mais si vous avez besoin, je peux vous donner quelque chose de ma maison...
Je n'ose pas et me contenterai de ce qui me reste : quelques tortillas froides et sèches et un maigrichon bout de fromage, mais cela suffira. J'arrive à un col à 2600 m d'altitude et ai le souffle coupé par la vue saisissante : une immense cuvette entourée de montagnes, deux lacs artificiels aux reflets azur, un silence étonnant, une certaine paix... Je me croirais en Mongolie !! Discutant avec des gens du coin, je demande si je peux camper dans cet endroit unique, aux allures d'aventure lointaine. Petite causerie sympathique avec ce monsieur qui a travaillé dans divers carrières de marbre aux États-Unis. Puis je plante ma tente, me doutant que je n'aurai guère d'autres occasions de bivouaquer au Mexique. La nuit sera étoilée, sans lune, sauvage, étrange, frigorifiante, brisée par d'improbables coups de feu, dans une zone où la chasse est pourtant interdite...

R0016839

 

Vendredi 7 janvier - Jour 226

 

Je me crois dans une autre galaxie et un sentiment de solitude m'accable dans ce lieu qui pourtant me saisit. Le col semble tout près, là-bas, mais il recule à mesure que je m'approche. L'espace, ici, est à géométrie flexible et je mesurerai dans ces kilomètres combien effectivement l'univers est en expansion...

R0016854

Je croiserai des cavaliers aux virils sombreros. L'un d'eux me demandera même si je ne suis pas perdue. Qui sait, je suis peut-être la seule Française à m'être aventurée par là ! Le col finit  par capituler devant mes pas et soudain je découvre... la suite du périple. Décidément, c'est un autre Mexique que je traverse.

R0016859 
A propos des montagnes... Mon appareil photo possède un bon grand angle fort pratique pour saisir des monuments par exemple, mais la déformation est nette et en ce qui concerne les prises de vue de montagne, c'est toujours un peu décevant, car les perspectives sont passablement écrasées. Ainsi, les sommets paraissent bien plus petits qu'ils ne le sont dans la réalité. Depuis que je marche au Mexique, je navigue entre 1800 et 2500 m d'altitude environ et, surtout en m'approchant de Mexico, le relief s'accentue...

R0016865

J'arrive à Chapantongo, bled paumé et quelconque. Je demande à voir le prêtre pour l'hospitalité du soir. Il n'est pas là. Soudain, j'aperçois une tête blonde, aux yeux turquoise ! C'est rare au Mexique ! Luise Klüge est Allemande de Lübeck. A 20 ans, elle a tout plaqué pour donner un an de sa vie au service social de ce village, avant de rentrer en Allemagne et de commencer des études de vétérinaire à Münich. Elle enseigne ici, entre autre, l'anglais. Elle n'aurait jamais parié rencontrer une Française ici non plus !
Pour les germanophones d'entre vous, voici son blog :

http://lamexicana.jimdo.com/

En attendant, je ne verrai jamais le curé et c'est Arturo et Virginia qui m'offriront l'hospitalité. Ils sont pauvres et le disent. Ils voient bien que je suis vraiment fatiguée. Ils déménagent le matelas de leur fils unique qui dormira ailleurs, afin que je puisse me reposer tranquillement, à l'étage...

R0016866

 

Samedi 8 janvier - jour 228

 

De Chapantongo à Tezontepec.
Le paysage est beaucoup plus vert que précédemment. Des champs irrigués.

R0016882
Dans les tacos que je commande, on me sert le pancréas de la bestiole... Beurk, c'est immonde. Alors, je me défoule en faisant la dingue :

R0016877

R0016881

 

Dimanche 9 janvier - jour 228

 

Je sens approcher l'arrivée et je prévois déjà de m'agenouiller aux pieds de la Vierge le vendredi 14. Mes étapes sont relativement longues et je suis toute tendue vers le but. Pour rien au monde, je ne changerais mon planning. Hier soir, je me suis embrouillée les neuronnes pour règler mon réveil et ce matin, je rate la messe de 7 h 00 à Tezontepec. On m'affirme qu'une autre messe est célébrée à 17 h 00 à Tetepango, voire à Ajacuba, étape du soir. Je cours toute la journée pour "l'attraper". La messe est plus tard que prévue et le curé ne me reçoit pas : il me renvoie d'où je viens.

- Allez à Tlaxcoapan et demandez le curé Arturo...
Je suis effectivement passée cet après-midi à Tlaxcoapan. 

Bref, j'enquille les km et essaie d'attraper une messe plus loin sur mon chemin, en vain. Retour en taxi à Tlaxcoapan pour la Messe de 19 h 00, puis je  finirai quand même dans un hôtel un peu miteux de ce même Tlaxcoapan qui fera monter les décibels jusqu'au paroxisme...

R0016891

 

Lundi 10 janvier - Jour 229

 

D'Ajacuba à San Augustin-Tlaxiaca. En quittant Ajacuba, Nancy me rattrape à vélo pour m'offrir de l'eau. Geste gratuit de générosité pour une pèlerine... En grande partie, je suivrai une voie ferrée désaffectée. Enfin du calme !

R0016916 
Toutes les "épiceries" se ressemblent, depuis le début du Mexique, elles sont comme celle-là : et on y trouve toujours les mêmes choses, des gâteaux industriels, des boîtes de thon, des jus de fruit (mangue ou pommes) super bons, plus rarement quelques goyaves fraîches...

R0016922

Je mange et respire la poussière, mais pas que ça !!!

R0016924

Toujours le long de la voie ferrée avant San Augustín :

R0016938 
Les chiens sont absolument partout au Mexique et semblent avoir une vraie vie de chien... Ils sont en liberté, errant sans cesse, ils ne constituent presque jamais une menace pour le marcheur avec qui ils partagent l'errance. Les chiens du sud des États-Unis étaient beaucoup plus agressifs...

R0016939

Pas d'accueil non plus à San Augustin. Mais je ne suis pas fâchée non plus de faire les dernières étapes dans les hôtels. Non seulement ils ne sont pas chers, mais ils me permettent de mieux me reposer pour tenir le coup jusqu'au bout.

 

Mardi 11 janvier - Jour 230

 

De Tlaxiaca à Tezontepec.

De la montagne, des gens sympas, des champs d'agaves, des pauvres, une grande et large vallée, une glace... au cappuccino (!!!), un coucher de soleil aux allures de Sibérie dans un fort vent froid, au menu du jour :

R0016976

R0016984

R0016985

R0016991

R0017004

R0017005

R0017018

R0017020

R0017024

R0017030

Tezontepec me réserve une surprise. C'est un village à l'architecture ancienne abritant une abbaye franciscaine (sans les Franciscains). L'artisanat ici est entièrement lié au cuir... Mais il fait froid et je vais me réchauffer en dégustant de "ricos tacos"... Miam miam...

R0017037

A l'hôtel (le curé ne me recevra pas non plus), je sors la dernière carte, celle où, enfin, figure la Ciudad de México... Le bout du bout de la dernière ligne droite...

R0017050

 

Mercredi 12 janvier - jour 231

 

Après un rapide tour dans l'ancienne abbaye...

R0017064

... je quitte Tezontepec par des chemins éblouissants de lumière ou en suivant un río tout sec en cette saison.

R0017096

L'agglomération de México n'est plus très loin et les villages sont de plus en plus rapprochés. Peu avant San Luis Tecuahutitlan, Ricardo et Javier, deux flics en civil, s'arrêtent, intrigués. Ils m'offrent une clémentine et veulent une photo. Quand vient mon tour de les immortaliser, j'ai droit à une étrange question :
- Avec ou sans le pistolet ?

R0017103

Ce sera avec... le pistolet et un bon éclat de rire !

Je grimpe et, au col, me voilà, pétrifiée, face à la grande vallée ouverte sur México. Je domine les grandes pyramides du célébrissime site de Teotihuacan, grande cité aztèque, lieu d'adoration et de culte et non de sacrifices humains, comme je le croyais. Et je voulais y passer pour justement marquer une valeur symbolique : la Vierge Marie, dans ses apparitions de décembre 1531, a mis fin à ces sacrifices humains, qui avaient lieu plutôt au Templo Mayor, en plein centre de México. Je vais vers Elle 480 ans plus tard pour lui demander la fin des sacrifices humains contemporains...

R0017107
Vous les voyez, les deux pyramides au centre de la photo ? Celle du Soleil à droite, celle de la Lune à gauche. 

 

Jeudi 13 janvier - Jour 232

 

L'arrivée sur le site des pyramides donne des frissons, je l'avoue. Plongeon dans des siècles d'histoire...

R0017147 
Vue de la pyramide du Soleil depuis celle de la Lune
R0017179
Depuis le sommet de la pyramide du Soleil... Monter, comme descendre est plus sportif qu'on ne pourrait le penser !

R0017194 
Pyramide du Soleil

R0017211
des petits vendeurs et vendeuses de babioles, des masques, des petits instruments de musique et autres fanfreluches...
J'y traînerai longtemps avant de m'engouffrer dans les premières banlieues de México en soirée. Trafic monstre, détritus par monceaux et... étonnammant, là-bas, devant moi, le ciel s'assombrit. La colline de Tepeyac n'est plus qu'à une trentaine de km, mais je ne peux la voir car c'est justement au-dessus d'elle que le Bon Dieu fait dégringoler une pluie d'orage, la veille de mon arrivée...

R0017228

R0017231

 

 

 

Vendredi 14 janvier - Jour 233

 

 

C'est surprenant de se lever pour le dernier jour de marche ! C'est excitant, mais je sais aussi parfaitement à quoi m'attendre dans la jungle gigantesque de México : 6 h de banlieue ahurrissante, laide, hideuse, puante, assourdissante, agitée, trépignante, klaxonnante, fumante et... dangereuse. Cacophonie organisée du tiers-monde. Ils freinent peu, les Mexicains, c'est pourquoi ils klaxonnent !! Une police omniprésente, des vaches en pleine ville, des gros 4x4 côtoyant des vieilles chignoles branlantes, des vendeurs de sucettes, de pneus usés ou de clous, les sirènes des ambulances se fondant dans l'éternel accordéon du folklore mexicain, les gaz d'échappement se fondant dans l'odeur de friture des omniprésents tacos, des pauvres et leurs  trésors de cartons et de chiffons. Des gars louches, des gens loufoques. Un moteur explose provoquant l'éclat de rire de l'heureux propriétaire... Je suis tour à tour étourdie, excitée, abattue, amusée... Il faut vivre ça dans une vie : le tourbillon des Babel modernes. La police me fait éviter des quartiers risqués entre tous... L'armée me regarde passer, médusée. Je la considère, feignant l'indifférence. Je ris de cette cacophonie et frissonne d'émotion dans ces ultimes kilomètres. La mégalopole tentaculaire n'aura pas raison de moi, même si la laideur, la crasse et l'étalage du péché déshumanisent et épuisent... Mais au-dessus de ce marasme, s'élève la Sainte colline de Tepeyac que notre Mère du Ciel a daigné fouler voici 480 ans. C'est vers elle que je vais, résolument.

Le long de l'immense avenue de Morelos, voici un monument dédié à San juan Diego. Son oncle, San Juan-Bernardino, habitait justement par ici, à Tulpetlac, dans l'actuelle Ecatepec. Et Juan-Diego se rendait vers Tlatelolco pour entendre "les saints enseignements des pères franciscains sur les choses divines" et passait donc par là, vers la colline de Tepeyac, quand la Vierge Marie lui apparut. Je suis donc un itinéraire semblable...

Sur la photo, vous apercevrez un groupe de pèlerins.

R0017240

Ci-dessous, le panneau indique la Villa, autre nom que les Mexicains donnent à la Basilique. On y accède par la rue Martin Carrera, dernière rue de mon pèlerinage.

R0017242

J'achève le 5225ème kilomètre, il est 15 h 00 passées, ce vendredi 14 janvier. C'est l'heure de la Miséricorde. Je suis devant la Basilique, je vois l'Image et suis encore dehors, juste aux pieds de la statue de Jean-Paul II. J'apprends, à cet instant précis, qu'aujourd'hui même, Rome a annoncé sa prochaine béatification, le premier mai. Petit clin d'œil de ce cher Pape dont l'Encyclique "Evangelium Vitae" aura fait tout le voyage... La Vierge Marie m'accueille les mains pleines, comme une Maman. Elle est là. Silence.

R0017245

Et viva el santo súbito !!!

R0017246

J'entendrai la Messe de 16 h 00, puis je commence à lire l'immense litanie des noms, celle des intentions de prières confiées, celle des bienfaiteurs, celle des personnes rencontrées. Une heure et quart de lecture pendant laquelle mon cœur sera tour à tour implorant, reconnaissant, tout joyeux, affligé ou compatissant. Plus de 230 personnes ou familles rencontrées en chemin, pas une n'est oubliée. Le Québec, New-York, la Pennsylvanie, l'Ohio, le Kentucky, le Tennessee, l'Alabama, le Mississippi, la Louisiane, l'Arkansas, le Texas, le Nuevo León, le San Luis Potosí, le Jalisco, le Guanajuato, le Queretaro, l'Hidalgo et México défilent en un condensé de Vie. Mes amis de France occupent une place de choix dans l'avalanche de "Je vous salue Marie" que je déverse à Ses Pieds...

Je suis étonnée d'avoir fait ce voyage et le V que je brandis n'est nullement celui de la Victoire : elle n'appartient qu'à Dieu seul, et le combat pour défendre la Vie ne cessera pas de sitôt.

 IL FAUT CONTINUER JUSQU'A CE QUE VIE S'EN SUIVE !

 

Rien n'est fini, tout commence !

Je ne brandis que le V de la VIE,

et peut-être celui de l'arriVée,

celui du Voyage,

de la Volonté,

des Vertus...

Vive la VIE !

R0017264

Et voici  la paroisse française, tenue par les Petits-Gris, avenue Horacio, dans le quartier Chapultepec de Mexico-City, où je suis reçue :

R0017315
Messe en français, confession et entretien spirituel... en français... du vrai bonheur !!
Ci-dessous, voici simplement une amande, mais elle symbolise quelque-chose de fort.

R0017281
Vous rappelez-vous le deuxième jour de marche, le 28 mai 2010 ? Dans l'après-midi, à la faveur d'une pause à l'ombre, voici Lorraine qui vient à ma rencontre et m'apporte de l'eau, une crème glacée, des raisins et... des amandes.  L'une de ces amandes fera donc toute la route, jusqu'à México pour résumer à elle seule tous les dons, en espèce ou en nature, reçus tout au long de ces 5200 km...Elle veut dire un immense Merci...

R0012469
Ci-dessus, Lorraine à Dosquet au Québec, voir article "Les premiers pas".


Mais je ne peux rédiger cet article consacré à l'arrivée sans composer un petit "patchwork" retraçant la route parcourue... Il est bien loin d'être exhaustif, mais peut faire rêver quand-même !!!

Château Frontenac de Québec 
Au Québec, mai 2010

R0012435R0012496

R0012540R0012597 
Dans l'état de New York

R0012678R0012696

R0012725R0012827

R0012971R0013151 
En Pennsylvanie

R0013265R0013302

R0013337R0013343

R0013526R0013547 
Puis voici l'Ohio :

R0013619R0013646

R0013658R0013725

R0013820R0013825 
Juste après Cincinnati, entrée dans le si joli Kentucky

R0013850R0013877

R0013978R0014014

R0014020R0014025

R0014047R0014072

R0014094R0014101 
La fin du Tennessee et la "mi-temps" dans l'Alabama, EWTN, et le Shrine of the Most Blessed Sacrament

R0014350R0014457

R0014465R0014500

R0014419R0014713 
Retour à Memphis, achat du vélo, béni et baptisé "Nican Mopohua". Ma pensée reconnaissante à Jane et Mike et la famille de Jean Melton dans le Mississippi.

R0014774R0014820 
Joe et Pennie et la traversée du Mississippi

R0014856R0014918 
Témoignage dans les écoles en faveur du respect inconditionnel de la Vie et... entrée dans l'immense Texas...

R0014979R0015134

R0015165R0015255

R0015244R0015284

R0015336R0015434 
Puis, le passage de la frontière mexicaine. Agitation, violence, piété, le Mexique sera haut en couleurs...

R0015540R0015587
en galère...

R0015731R0015775

R0015788R0015794
en surprise...

R0015821R0015908

R0016102R0016609

R0016690R0016726
en histoire...

R0017004R0017194

Non, je ne brandis pas le V de la victoire, mais seulement celui de la Vie... Car les hommes d'armes batailleront et Dieu seul accordera sa Victoire...

R0017264

Je chiale comme une madeleine à écrire ces lignes et revoir ces photos. On m'avait dit avant mon départ :
- Tu verras, tu reviendras avec des milliers de souvenirs...
Je ne pensais pas que ce serait si vrai. J'ai traversé toute l'Amérique de Nord. Je ne ressens pas spécialement de la fierté. Je suis simplement étonnée, vraiment étonnée...

carte itinéraire zoom

Que la Vierge de Guadalupe, Mère de la Vie,  vous protège et vous  guide vers son Fils, Auteur de la Vie...

R0017245

  

  

  

Toute la semaine dernière a été occupée par des visites, des courses et des heures de métro... Je vous en parlerai dans le prochain article. Il y a au moins deux autres lieux de pèlerinage à visiter dans México...
Puis hier, samedi 22, je suis partie vers l'extrême sud du Mexique, à San Cristóbal de las Casas, dans le Chiapas, au climat sub-tropical, donc plus humide. Forêts luxuriantes et condensé de couleurs... 13 heures de bus, avant de trouver un peu de calme. Et bien évidemment, je vous partagerai les prochaines escapades prévues... J'ai quelques bons petits plans de vadrouille et de surprises, d'ici le retour en France, alors restez toujours connectés, ce n'est pas fini !!!

 

 

 

 

Désormais, et d'ici le prochain voyage, je n'userai mes semelles qu'en simple baroudeuse !

R0017300

Que Dios te bendiga !

A très bientôt,

votre Anne-Marie

Partager cet article

Repost 0
Anne-Marie MICHEL Anne-Marie - dans Mexique