Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation Du Blog

  • : De Québec à Mexico à pied...
  • : "American way for live" de Québec à Mexico est une marche pour la vie et une route d'évangélisation, une réponse à l'appel de Jean-Paul II aux jeunes. J'ai pèleriné vers la Vierge de Guadalupe qui est l'étoile de l'évangélisation et la patronne des enfants à naître. Je suis partie dans l'octave de la Pentecôte, le 27 mai 2010 et arrivée le 14 janvier 2011.
  • Contact

Catégories D'articles

/ / /

Avant de passer à la lecture catéchétique de l'Image, rappelons que les Aztèques restaient attentifs aux prédictions de leurs anciens devins et aux analyses de leur calendrier savamment élaboré en étudiant le cours des étoiles. L'apparition est survenue lors du solstice d'hiver 1531 (compte-tenu du décalage entre les calendriers grégorien et julien) en une année qu'ils avaient prédie être le début d'un nouveau cycle, d'une nouvelle ère.

Venons-en à la lecture catéchétique de l'image. La Vierge Marie livre ici une véritable catéchèse aux Aztèques au moyen d'une remarquable inculturation. C'est pour cela que Jean-Paul II l'a nommée en 1979 “étoile de l'évangélisation”. Et s'inculturer c'est s'adresser à une personne selon ce qu'elle peut comprendre, en employant les moyens de communication de sa culture, sans déformer le message originel. La Vierge Marie s'est adressé à l'un d'entre eux en nahuatl et a livré un message “oral” avant le message écrit. (relire les paroles de la Vierge ci-dessus dans les apparitions) Et à travers le messae écrit, la Vierge a laissé bien plus qu'une simple image, elle a laissé aux Aztèques un “livre” écrit avec les signes qu'ils connaissent : les pictogrammes. (“flor y canto” comme on dit en espagnol) L'image de ND de Guadalupe est un codex. Certaines interprétations peuvent nous paraître suspectes et flôler l'imagination, d'autres semblent faire l'unanimité des spécialistes. Voici celles qui semblent fiables à ce stade de la recherche.

  • le soleil et la lune Le soleil, dont on voit bien les nombreux rayons, apporte une lumière qui déchire les nuages (le blanc-gris du contour de l'image). Or cette femme éclipse ce soleil, elle est plus grande que Huitzilopochtli, mais plus grande aussi que le dieu de la lune sur laquelle elle pose ses pieds.

  • elle n'est pas dieu, elle est une créature et cela se voit à l'attitude de prière, de contemplation et de supplication : elle a les mains jointes et montre une profonde humilité. Cette humilité, sa douceur, cette tendresse tranche nettement avec la violence et l'effroi que diffusaient leurs faux-dieux.

  • Les formes arrondies de la robe, la ceinture qu'elle porte à la taille montrent qu'elle est enceinte, alors que ses cheveux libres assurent qu'elle est vierge, selon les codes de comportement des femmes aztèques.

  • le manteau est de couleur bleu-vert, or seul l'empereur était autorisé à porter une cape de cette couleur. Cette femme est donc impératrice. Les 49 étoiles représentées sur ce manteau montrent qu'elle est revêtue du ciel.

  • elle porte au cou une croix, celle présente sur les voiles des bateaux espagnols arrivés juste 10 ans après le songe de la princesse Papatzin et que portent aussi les missionnaires.

  • on compte 8 fleurs symbolisant Vénus et donc Quetzalcoatl l'antique roi de Tula chassé et transformé en Vénus et qui a annoncé son retour. Il y aurait dans ces fleurs un symbole de résurrection.

  • les grosses fleurs au nombre de 5 au moins seraient à lire sous forme de rébus dans lesquelles reviennent souvent la notion de montagne. Ainsi apparaîtrait aux yeux de certains chercheurs une véritable carte du Mexique, ainsi que l'année 13 acatl qui est 1531...

  • l'ange aux pieds de la Dame est à n'en pas douter Juan-Diego. Ses ailes font de lui un aigle, souvenons-nous que son nom aztèque Cuauhtlatoatzin signifie “qui parle comme un aigle”. Il est le messager. Sa main gauche touche la robe de la Vierge, symbole de la terre, sa main droite touche le manteau, symbole du ciel, il fait donc le lien entre les deux.

  • Enfin, et c'est le plus important, il faut s'arrêter sur ce symbole proche d'une fleur à quatre pétales : le Nahui Ollin, fleur solaire, le centre de tout l'univers. Ce symbole, contrairement aux huit fleurs rappelant Vénus, est unique sur la robe et est positionné sur le ventre de la Vierge enceinte. 4 pétales entourant un rond central. On y lit une jonction entre le dieu soleil qui vient et qu'ils attendent et notre monde. Les Aztèques croyaient que 4 mondes avaient précédé le 5ème dans lequel nous vivons, que tous ces mondes étaient voués à la destruction. Ils avaient prédit très précisément l'occurence de la fin de ce 5ème monde. Ils attendaient le retour d'un dieu, la venue du vrai Dieu. Ce Nahui Ollin montre que l'enfant qui va naître de cette Vierge est ce dieu attendu.

Partager cette page

Repost 0
Anne-Marie MICHEL Anne-Marie MICHEL